Le site néo-zélandais 3news a eu l'occasion de s'entretenir avec Matt Firor, game director, et de lui poser quelques questions dans une interview dont voici la traduction (source) !

Pourquoi avez vous décidé de placer TESO 1000 ans avant Skyrim ?

Tous les 5 jeux majeurs de la licence se sont déroulés relativement proches les uns des autres, nous avons donc pensé qu'il serait intéressant d'explorer une époque de l'histoire de Tamriel qui n'est pas très documentée. Le milieu de la seconde ère est une époque où on retrouve toutes les provinces et les races qui sont bien connues des joueurs d'Elder Scrolls, mais à une époque de bouleversement et de confusion. Cela offre aux joueurs un monde familier qui possède ses propres histoires et aventures.

 

Beaucoup de gens ont joué aux jeux Elder Scrolls sans avoir déjà joué à un MMO et ils vont naturellement s'orienter vers un mode de jeu solo et non d'équipe. Qu'envisagez-vous pour vous assurer que l'esprit d'équipe est encouragé et récompensé ?

Nous réalisons parfaitement que deux groupes de joueurs vont s'intéresser à ESO : les joueurs de console qui ont l'habitude de jouer seuls aux jeux Elder Scrolls et les joueurs de MMO. Nous créons le jeu afin qu'il soit confortable et récompensant pour les deux groupes. Pour les joueurs d'Elder Scrolls, nous avons le même système de combat à la souris utilisé dans les versions PC de Skyrim et Oblivion.

Chaque personnage peut porter n'importe quelle armure et utiliser n'importe quelle arme et peut s'optimiser de différentes façons. De plus, la plupart du jeu peut être joué en solo, mais si vous croisez la route d'autres joueurs, les aider est encouragé tout simplement parce que chaque joueur impliqué dans la mort d'un PNJ se voit récompensé.  Il n'y a pas de mauvais côté à aider quelqu'un, les deux y gagnent et nous espérons que tous verront qu'il est très amusant de s'aventurer en Tamriel avec des amis.

Les jeux Elder Scrolls ont un super système de forge, d'alchimie et d'enchantement, et cette partie du jeu apporte une grande satisfaction à certains joueurs. Est-ce que le système dans ESO est aussi robuste que dans Skyrim ?

Nous avons un système d'artisanat merveilleux qui semblera très familier aux joueurs de Skyrim. Nous en parlerons plus en détail dans les mois qui viennent.

 

Vous pouvez choisir parmi 3 factions dans le jeu qui sont en guerre. Est-ce que cela signifie que vous serez obligé de vous battre avec un joueur d'une faction ennemie si vous le croisez au cours d'une exploration ?

Les zones dédiées à la montée des niveaux sont séparées par Alliance, donc vous ne croisez pas d'ennemis lors de vos aventures. Chacun se trouve dans sa propre zone. Lorsque vous voulez faire du JcJ, vous voyagez à Cyrodiil, la province au centre de Tamriel où la guerre d'Alliance prend place.

La vidéo, une introduction à ESO (ci-dessus) a une scène de siège JcJ de grande envergure où on voit des centaines de soldats se faire face. Est-ce qu'une bataille de cette envergure est possible dans le jeu, avec des joueurs ?

Tout ce qu'on voit dans le jeu est réalisé par des joueurs. Nous avons embarqué tous nos développeurs pour faire un test JcJ et avons enregistré cette séquence avec eux. C'était entièrement en jeu. Cyrodiil (la zone JcJ) est un espace ouvert capable d'accueillir jusqu'à 2000 joueurs en même temps. Le client d'ESO est prévu pour gérer (avec la configuration minimum requise) jusqu'à 2000 joueurs à l'écran. La scène en question intègre environ 115 joueurs de chaque côté.

 

La Nouvelle-Zélande est en bas du monde et a souvent des soucis de latence sur les jeux en ligne. Est-ce que  vous pensez que le système de mégaserveur sera un souci ou une aide ?

Nous cherchons des solutions pour les joueurs de Nouvelle-Zélande et d'Australie. Le mégaserveur ne  changera rien, c'est la proximité physique du serveur (et la latence du réseau qui en résulte) qui est le plus important.

Que se passe t'il une fois niveau 50 et les domaines de compétences désirés maîtrisés au maximum ?

ESO propose tant de compétences (armes, armures, capacités, avantages) que vous les améliorerez encore, bien après avoir atteint le niveau 50. Vous pouvez changer d'arme et apprendre de nouvelles capacités à n'importe quel moment, même au niveau 50.

 

Dans l'histoire du jeu, le prince daédrique Molag Bal menace Tamriel. Est-ce cette histoire va mener à une conclusion, comparable aux précédents Elder Scrolls ? Que se passera t'il une fois l'histoire terminée ?

Pour ça, il faudra jouer au jeu ! Pas de révélations ici !

 

Est-ce qu'il y a eu des changements apportés au jeu suite aux retours après la révélation l'année dernière ?

ESO était bien plus en développement au moment de l'annonce l'année dernière, donc nous avons apporté de nombreux changements depuis. Nous jouons au jeu en interne depuis un moment maintenant et nous réagissons aux retours de ces tests autant qu'aux retours des gens qui ont été assez chanceux pour être inclus dans nos tests précis.

C'est devenu comme un mème (buzz) bien-aimé... est-ce qu'il y aura un clin d'oeil au "arrow to the knee" de Skyrim ?

Nous espérons voir les joueurs créer de nouveaux mèmes dans ESO mais vous savez, si vous êtes attentifs, vous trouverez certaines références à vos moments préférés des autres jeux Elder Scrolls.

I Took an Arrow in the Knee

C'est une phrase souvent répétée par les gardes de cité dans le jeu Elder Scrolls V : Skyrim qui a fait un buzz sur internet à la sortie du jeu.

Source

 

On n'apprend pas grand chose au final, mais j'ai trouvé le passage sur la grande bataille JcJ (notamment la limité des 2000 en Cyrodiil) particulièrement alléchant !