Vous vous demandez ce qu'on ressent lorsqu'on commence son aventure dans le monde de The Elder Scrolls Online ? Un rédacteur du site Ten Ton Hammer raconte son expérience.

La dernière fois que j'ai pu tester The Elder Scrolls Online c'était au cours de l'événement presse organisé par Bethesda il y a quelques semaines à Santa Monica. Cette fois, ils ont amené le jeu à l'E3 et plutôt que de jouer les mêmes zones, l'équipe a eu la gentillesse de me laisser briser les règles et commencer un nouveau personnage pour voir le début. Je ne pourrais jamais assez les remercier de cette occasion, car c'était, en un mot, impressionnant.

The Elder Scrolls Online commence d'une manière similaire aux autres jeux de la série, quelque chose arrive à votre personnage, il doit alors progresser afin d'accomplir son destin épique. En tant que joueur RPG dans l'âme, j'ai immédiatement sauté sur l'occasion et je me suis impliqué dans son histoire. Oh, je suis désolé. En fait, je voulais dire : Non! Je vais tracer mon chemin maudit et il n'y a pas rien qui pourra m'arrêter !. Et cela, mes amis, c'est exactement pour ça que j'aime la série Elder Scrolls. Après avoir effectué un très court tutoriel obligatoire, vous êtes totalement libre de choisir la direction que vous voulez et d'y aller, tout simplement. J'ai même pris cela à l'extrême en sautant du quai plutôt que d'aller dans la ville de départ, là où on descend du bateau et où le jeu commence.

Éclaboussant tout sur mon passage, j'ai nagé autour de l'île et grimpé sur un monticule de roches,  là j'ai été immédiatement attaqué par un loup affamé. Assez facilement (grâce aux leçons de combat données par le concepteur de combat, Maria Aliprando), je n'en ai fait qu'une bouchée et j'ai rapidement continué mon chemin. Que ce soient des bandits, des coléoptères assassins, des loups, ou n'importe quel autre marchand de mort, j'étais capable de gérer la situation avec mon personnage. Petite astuce, je vous conseille de toujours prendre au moins une compétence de contrôle de foule, peu importe la classe que vous jouez. Ça fera toute la différence dans le monde quand vous vous trouvez face à plus d'un adversaire.

Les quêtes sont éparpillées sur tout le territoire et facilement trouvables en vérifiant la mini-carte et en se dirigeant vers les points dorés. Les points sur la carte correspondent à des personnes ou à des objets qui vont commencer une série de quêtes. Comme vous l'avez déjà deviné, vous êtes libre de les accepter ou non, tout dépend de votre envie du moment. Même si je suis un grand fanatique des balades dans n'importe quel jeu, je suis allé de l'avant et j'ai fait quelques quêtes, afin de voir si l'écriture était à la hauteur des excellentes histoires des traditions (lore) auxquels nous sommes habitués depuis des années. Je suis heureux d'annoncer que vous ne serez pas déçus.

Dans les 30 premières minutes à faire une quête, j'avais enfilé un costume afin de passer incognito à travers une ville de bandits, empoisonné une femme de ménage pour la laisser mourir (il y avait une option pour la sauver), volé un bijou pour un donneur de quête, et puis trahi en donnant le même bijou à un PNJ complètement différent qui l'a demandé. Après cela, j'ai passé 30 minutes à aider un mage à entrer dans d'antiques ruines qui avaient été scellées il y a un nombre incalculable d'années, luttant contre de puissantes machines antiques, contournant les pièges et déverrouillant les énigmes pour révéler une connaissance magique perdue depuis des siècles. Ce sont seulement deux des douzaines de quêtes que j'ai vues dans les zones de départ. Compte tenu du fait que The Elder Scrolls Online est plus grand que n'importe quel autre jeu de la série Elder Scrolls, je ne peux pas imaginer combien de quêtes sont réellement implémentées dans le jeu.

La chose la plus incroyable pour moi, c'est que pendant mon temps de jeu, je n'ai même pas remarqué combien de temps il m'a fallu pour passer du niveau 4 au niveau 5, je m'en fichais. Ça m'a probablement pris presque une heure pour arriver à ce niveau. Pendant tout ce temps, je jouais, je ne faisais pas attention du tout à mon niveau, si je gagnais de l'expérience à un rythme efficace, ou quelque chose de similaire. J'étais juste là à jouer, à passer un bon moment, et à m'occuper de tous les soucis que je pouvais gérer. Et ça, y'en a bien assez pour occuper quelqu'un !

Alors, quel est mon verdict après avoir pu tester The Elder Scrolls Online seulement pour la deuxième fois (une fois de plus, en jouant pendant près de deux heures grâce à la gentillesse de l'équipe de Bethesda) ? En clair, je ne peux pas attendre que le jeu sorte. Entre la liberté de participer ou d'ignorer une quête, le retour des donjons publics et l'amusement que j'ai tout simplement eu en jouant, il est impossible de se rendre bien compte combien le jeu est super à l'heure actuelle. En conclusion, je sais que tout le monde veut savoir si The Elder Scrolls Online est vraiment comme un jeu Elder Scrolls, et la réponse est un retentissant OUI ! Le jeu n'est certes pas parfait en ce moment, et il y a certaines questions sur lesquelles l'équipe continue à travailler, mais il est incroyablement amusant et à la fin, il devrait valoir l'attente.